Archives de catégorie : Actualités

Outils pour la publication d’instruments de recherche encodés en XML(EAD)

A la fin de l’année 2020, un groupe de travail composé de quelques collègues travaillant dans des structures de recherche (MSH de Clermont-Ferrand, MSH de Dijon, Centre IST Regards CNRS UMR Passages) s’est réuni à plusieurs reprises pour échanger autour des outils pour la publication d’instruments de recherche encodés en XML (EAD).

Partant de situations locales spécifiques, nous avons en commun d’être en charge de la gestion de fonds d’archives au sein de nos différentes structures. Dans ce cadre, nous nous sommes interrogées sur les outils existants pour la description et la publication d’instruments de recherche au format XML (EAD). Pour certaines d’entre nous, il s’agissait d’envisager à court terme, l’acquisition d’un nouvel outil plus à jour et plus performant, pour les autres, il s’agissait de pouvoir s’appuyer sur un état de lieux pour faire évoluer des logiciels ou des pratiques.

Nos réflexions ont abouti à l’élaboration d’un cahier des charges et d’un tableau des fonctionnalités attendues.

Dans le prolongement de ces réflexions, nous avons organisé une matinée de travail élargie à tous les collègues intéressés pour échanger sur nos pratiques et nos outils.

Au programme de cette matinée :

A Caen, l’outil Max arrive en bout de la chaine de traitement des données scientifiques. L’équipe du PDN (Pôle du Document Numérique) élabore des outils adaptés aux différents projets auxquels il contribue. A l’origine destiné à la publication de documents en TEI, Max est adapté pour pouvoir publier des inventaires au format EAD réalisés à partir d’éditeurs xml. Pleade, utilisé actuellement, est appelé à être remplacé par un écosystème d’outils permettant la saisie des données de description et la diffusion à partir du format xml. Des sessions pratiques autour de l’outil Max sont prévues à l’automne 2021.

Le réseau des Écoles Françaises à l’Étranger regroupe des établissements anciens réunis par un décret de gestion en 2011. Des fonds d’archives à l’origine très anciens sont en extension constante par des versements réguliers et massifs chaque année suite à des opérations archéologiques.  La présentation porte sur les archives de l’École Française d’Athènes (EFA) et sur l’École Française d’Extrême Orient (EFEO). A l’EFA, les données sont gérées grâce à l’outil Archimage dont une nouvelle version (Archimage 2) est en cours de finalisation mais pas encore visible à ce jour. Ce nouvel outil à vocation à être mutualisé au niveau du réseau des EFE et sera ouvert à tous sur Github. Il permet la description de métadonnées conforme à l’ISAD (G) et à l’EAD et la mise en ligne de documents numérisés. En attendant, l’EFO travaille dans Atom, puis verse dans les descriptions dans Calames. Quant à l’EFA : les données sont saisies au départ dans un tableur, puis conversion en XML, et versées dans France archive.

L’outil national de production en EAD et le catalogue Calames ont été développés par l’Abes et utilisent l’éditeur XMax de la société XMetal. Calames diffère des deux autres outils présentés en ce sens qu’il se veut avant tout un outil partagé de production d’inventaires en EAD (interface commune ) et un catalogue collectif des fonds d’archives de l’enseignement supérieur et de la recherche. Calames Plus permet d’associer des fichiers numérisés aux notices EAD. Ses fonctionnalités vont évoluer pour permettre une meilleure liaison entre les images numérisées et les inventaires. Il n’a cependant pas vocation à devenir une bibliothèque numérique. Calames permet d’importer et d’exporter des métadonnées notamment au format XML/EAD. L’interface de recherche de Calames va évoluer prochainement pour intégrer de nouvelles fonctionnalités (panier de notices par exemple). Les tests sont possibles à la demande.

Prolongations : le groupe de travail prévoit de poursuivre cette exploration des outils pour la publication d’instruments de recherche en EAD par des tests des outils présentés ou évoqués lors de cette matinée. (Max, Calames, Atom…). Une session “retours de tests” est aussi envisagée.

Participer ? si nos travaux vous intéressent, vous pouvez contacter l’une des membre du groupe de travail Caroline Abela, Céline Alazard, Aurelia Vasile, Hélène Veilhan

Les archives du campement de Gergovia

Au mois d’octobre 2017, une centaine de réfugiés se sont installés sur les pelouses de la faculté des lettres de Clermont-Ferrand dans l’enceinte de l’université. Originaires principalement d’Europe de l’Est et d’Afrique, ils étaient en attente d’un logement depuis plusieurs mois. Les archives déposées au centre de documentation de la Maison des Sciences de l’Homme et décrites dans le catalogue Calames sous le titre Archives du campement retracent leurs parcours personnels, l’histoire de l’installation de leur campement précaire et rendent compte de la mobilisation qui a accompagné leur arrivée jusqu’à permettre leur relogement dans de meilleures conditions. 

Scène de vie

Le contenu de la collection est varié : témoignages oraux retranscrits, photographies, journaux et articles de presse, travaux pédagogiques, tracts, affiches, pétitions, dessins… Ces documents ont été produits par différents acteurs : journalistes, associations, photographes, réfugiés.  Ils ont été numérisés et déposés dans Nakala, un entrepôt de données sécurisé mise à disposition par HumaNum et qui intègre les principes de FAIR data.

Le traitement du fonds a été réalisé par la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand . C’est un travail d’ingénierie documentaire, faisant collaborer les compétences archivistiques du centre de documentation et ceux en traitement automatique des données du pôle Humanités numériques.   

A partir de ce fonds rassemblé par par Catherine Rioux-Milkovitch, chercheuse en littérature au Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) et Natividad Planas, chercheuses au Centre d’Histoire Espace et Cultures s’est développé un projet aux multiples facettes auquel l’équipe de la MSH est régulièrement associée.

Le reseau Calames

Depuis 2010, l’Université de Clermont-Ferrand (UBP puis UCA) est membre du réseau Calames.

Calames, c’est à la fois un outil de description des fonds d’archives conforme au modèle de données EAD-Encoding Archive Description, Description Archivistique Encodée, version 2002 et le catalogue collectif qui donne accès à tous les fonds d’archives et de manuscrits conservés au sein de la soixantaine d’établissements membres du réseau.

Plusieurs fonds d’archives et de manuscrits de notre établissement sont décrits dans Calames et l’outil, dont la coordination est portée par la MSH de Clermont-Ferrand, est à disposition de toutes les structures de l’université et de tout porteur de projet qui souhaiterait décrire un fonds d’archives ou de manuscrits. (Les archives de l’établissement, de ses services et de ses composantes qui sont des archives publiques sont gérées par le service des archives de l’université).

Développé par l’Abes, le catalogue Calames public met à disposition des utilisateurs les fonctionnalités  suivantes :

  • localisation d’un document dans une bibliothèque du réseau Calames
  • identification d’un document au sein d’un corpus, d’un fonds, d’une collection
  • consultation d’un document sur place ou en ligne si celui-ci a fait l’objet d’une numérisation
  • veille sur un sujet ou sur les collections patrimoniales d’une bibliothèque à partir de flux RSS disponibles pour chaque requête
  • gestion des résultats  à partir d’une boîte à outil permettant l’impression, l’export, la citation d’une notice par son URL pérenne …

L’outil de catalogage Calames qui s’appuie sur un plugin de l’éditeur xml XMetal permet aux établissements de décrire leurs fonds d’archives et de manuscrits. Les fonctionnalités développées dans l’outil Calames permettent notamment :

  • d’assurer la cohérence du catalogue : listes fermées de valeurs d’attributs
  • de normaliser les entrées d’index en utilisant les notices d’autorité Sudoc : interconnexion à l’application IdRef
  • de contrôler les fichiers EAD et les exporter sous diverses formes

Pour tous les renseignements sur l’utilisation du catalogue Calames et sur l’outil de catalogage vous pouvez contacter le centre de documentation de la MSH ( documentation.msh@uca.fr)

Casuhalathon – le RnMSH se mobilise

La MSH de Clermont-Ferrand associée au réseau national des MSH (RNMSH) se mobilise en amont des prochaines journées du réseau Casuhal afin de contribuer à la visibilité de la production scientifiques des SHS.

Pourquoi ? Pour mieux faire connaître les politiques de publication favorables à l’accès ouvert et contribuer aux dépôts (de texte intégral quand c’est possible) dans HAL pour les SHS

Comment ? Jusqu’au 28 mai, par une opération de repérage des éditeurs de revues en SHS favorables aux dépôts dans HAL, via les réseaux professionnels : Médici, Repères, CORIST-SHS de l’InSHS-CNRS, CasuHAL et avec l’appui de Mir@bel.

Ce travail collaboratif, à grande échelle, met à disposition de la communauté une liste d’environ 10 000 revues scientifiques françaises et internationales, recensées à partir de croisements entre Hal et Mir@bel, et présentées dans le cadre du groupe de travail HAL du RnMSH.

Ce dernier fédère les professionnels de l’information scientifique et technique (édition, documentation) en charge de HAL au sein des MSH ; il s’est réuni la dernière fois le lundi 3 mai avec l’objectif de collaborer au casuahalathon et de mobiliser les MSH sur ce projet.

Du 24 mai au 11 juin : en participant au CASUHALATHON : une incitation aux dépôts dans HAL des pdf éditeur autorisés, sur la base du recensement qui aura été réalisé, et qui permettra donc de faire connaître aux chercheurs les revues qui autorisent directement un tel dépôt.

Pour en savoir plus sur le programme des journées CasuHAL : https://casuhal2021.sciencesconf.org/

Préserver la biodiversité : quelle (s) réalité(s) derrière les slogans ?

Webinaire proposé par la MSH de Clermont-Ferrand et le GEOLAB : laboratoire de géographie physique et environnemental.

Dans le cadre du cycle de webinaires Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales, mis en place par le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme, la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand et GEOLAB, laboratoire de géographie physique et environnementale, proposent : « Préserver la biodiversité : quelle(s) réalité(s) derrière les slogans ? ».

Cette conférence, ouverte à toutes et à tous, se tiendra le vendredi 7 mai 2021 à 12h15, via Microsoft Teams*.

Intervenante : Anne Bonis, chargée de recherche CNRS en écologie, laboratoire de géographie physique et environnementale, GEOLAB.
Modérateur : Erwan Roussel, docteur-ingénieur de recherche en géographie physique (UCA), directeur adjoint du laboratoire de géographie physique et environnementale, GEOLAB.

Présentation :
Le slogan « Sauvons la biodiversité » est percutant mais le traduire en actions efficaces pour préserver la biodiversité voire la restaurer demande de l’ancrer dans la réalité des faits. Cette présentation discutera des critères de choix en matière de biodiversité « souhaitée » ou « souhaitable ». Elle montrera notamment qu’en la matière, les choix relèvent plutôt de la société que d’un cadre scientifique solide. Les solutions possibles pour atteindre des objectifs de préservation de la biodiversité seront illustrées en considérant des écosystèmes de marais. Anne Bonis montrera que la dimension spatiale de la biodiversité, qui coïncide avec l’hétérogénéité des conditions environnementales, est fondamentale pour atteindre les objectifs fixés en matière de conservation. Elle montrera également que les solutions de préservation de la biodiversité qui sont généralisées d’un écosystème à l’autre, d’un habitat à l’autre, sont peu pertinentes et efficaces, voire contre-productives. Il convient donc de rechercher des solutions de préservation de la biodiversité qui soient adaptées à chaque contexte, telle une médecine de précision appliquée à la biodiversité et aux ressources naturelles en général. C’est grâce à un tel effort, passant par la production de données partageables et partagées, que les interactions sciences/société pourraient être renouvelées et enrichies, et que des choix plus éclairés pourraient être effectués dans le champ des sciences écologiques et environnementales.

Informations pratiques :
Ouvert à toutes et à tous sans inscription
Date et heure : 7 mai à 12h15
Lien pour assister à ce webinaire* : https://bit.ly/3t5367A
* Télécharger Microsoft Teams n’est pas nécessaire, vous pouvez vous connecter via votre navigateur. Pour vous connectez : cliquez sur le lien ci-dessus. Ensuite, choisissez  le bouton : “Regarder sur le web à la place”. Enfin, cliquez sur “Participer de manière anonyme”.

Le CNRS publie une feuille de route pour les données de la recherche

planDonnesCNRS
Plan Données de la Recherche du CNRS

L’objectif de ce document est d’inciter les chercheurs à rendre accessibles et réutilisables les données qui ont été à l’origine des publications scientifiques.

Comme le précise le document, “toutes les données de la recherche n’ont pas vocation à être ouvertes ou divulguées”. Plusieurs exceptions existent: l’aspect confidentiel, le secret industriel, le droit d’auteur, etc. Le document “PLAN DONNÉES DE LA RECHERCHE DU CNRS” a pour objectif de proposer une feuille de routes pour les données qui ont vocation à être ouvertes: “les données brutes ou retraitées dans tous leurs formats, les textes et documents, également les logiciels, les algorithmes, les protocoles et les workflows”.

Qu’elles soient destinées à être ouvertes dans l’immédiat ou dans une perspective plus lointaine, les données doivent être préparées en amont pour répondre aux exigences des principes FAIR (Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables, Réutilisables).

Pour en savoir plus sur la mise en œuvre de ce plan, l’interview du directeur général délégué à la science, Alain Schuhl est éclairant.

La plateforme Humanités Numériques et le Centre de documentation de la MSH accompagnent les chercheurs et la laboratoires en SHS de Clermont-Ferrand à adopter des bonnes pratiques dans la gestion des données.

Le LAB

“Le lab” c’est le territoire d’expérimentation du centre de documentation. Laboratoire dans le laboratoire (la MSH), “Le Lab” rend compte des réflexions, projections, tests et actions expérimentales menée par notre équipe soit dans le domaine strictement documentaire soit en relation étroite avec le développement des humanités numériques. Formation des étudiants stagiaires issus des laboratoires de recherche de la MSH, réflexions et mise en place de nouvelles règles de fonctionnement, outils de signalement des collections, expérimentation pédagogique, tests de procédures et outils pour les humanités numériques, participation à des projets de recherche innovant…voici le panel des explorations du “Lab”…

biblio…nostalgie

La salle de lecture de la bibliothèque de Lafayette a discrètement fermé ses portes pour préparer l’ouverture d’un learning centre rue Kessler.

La salle de lecture de la bibliothèque de Lafayette.

Construit en 1905 pour abriter dans un même lieu les collections et les lecteurs de la bibliothèque de la ville et de l’université, le bâtiment du 1 boulevard Lafayette a accueilli des générations de lycéens, étudiants, enseignants, chercheurs, érudits, bibliothécaires et simples citoyens. Incarnant un projet novateur en son temps de rapprochement entre la lecture publique et les bibliothèques universitaires, la salle de lecture telle que nous la connaissons aujourd’hui avait été installée en 1953 lors du ré-haussement du bâtiment. Elle était devenue au fil des années un véritable lieu de mémoire pour la ville de Clermont et pour son université. C’est notamment dans cette salle de lecture que Serge Fischer, bibliothécaire de l’université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand, résistant, fut arrêté par la police allemande le 4 novembre 1943.

Initialement pensée comme une salle d’étude destinée à des lecteurs érudits, la salle de lecture de Lafayette avait évolué au fil des années pour accueillir un public plus diversifié et élargit du fait de la démocratisation de la culture et de l’enseignement supérieur. Depuis la mise en place d’un réseau de bibliothèques universitaires puis de lecture publique, la salle de lecture avait vocation à accueillir principalement des étudiants, enseignants et chercheurs en Lettres et Sciences Humaines. Dans la réalité, elle restait fréquentée par de nombreux citoyens clermontois attachés à ce lieu qui perpétuait l’esprit des premières bibliothèques publiques (1) . Nous qui avons étudié et travaillé dans ce lieu singulier regrettons déjà son atmosphère lumineuse et studieuse.

(1)La bibliothèque de Lafayette abrite également en son premier étage la salle Massillon, reconstitution de la bibliothèque de l’évêque Massillon, première bibliothèque a être ouverte à un public d’érudit à Clermont au XVIIIe siècle

Réouverture

Le centre de documentation de la MSH de Clermont a ré-ouvert depuis le début du mois de septembre.

La persistance des risques liés à l’épidémie de Covid impose un fonctionnement adapté limitant le nombre de place de travail à 10.

Dans un contexte de réduction des espaces de travail lié à la fermeture de la salle de lecture de la bibliothèque de Lafayette, le centre de documentation de la MSH reste un espace de travail calme et convivial à la disposition des lecteurs clermontois.

Vous y êtes les bienvenus.

Fonds interrsoc

Voici la liste des ouvrages achetés dans le cadre du programme Interactions Risques et Représentations Socioculturelles (InteRRsoc)

InteRRsoc émarge au Challenge 4 du I-Site Clermont : risques naturels catastrophiques et vulnérabilité socio-économique.

Ces ouvrages sont disponibles au centre de documentation pour tous ceux qui s’intéressent aux thématiques explorées dans ce programme.

BibliographieInteRRsoc